Jenna, fille-chatte et infirmière de choc

Il me semble toujours très incongru de devoir répondre que je vis seul.e sur les questionnaires en tous genres. Je ne vis pas seul.e loin de là, je vis avec Jenna (ou Jenna vit avec moi ?), ma fille-chatte et infirmière de choc.

Jenna aura bientôt 4 ans, elle est arrivée en même temps que moi dans notre appartement, c’est une british longhair golden. Jenna est la 2ème chatte de ma vie d’adulte, la première Agate a fini sa vie heureuse en novembre dernier, chez ma mère à qui je l’avais confiée lors d’une période instable et elle avait pris l’habitude des grands espaces, de la liberté de la campagne. La reprendre quand je me suis enfin posé.e dans un vrai chez moi aurait été très égoïste.

Jenna a donc emménagé avec moi, Jenna veut dire « paradis » en Arabe et je n’imaginais pas que ce nom lui irait si bien. Je souhaitais une chatte proche de moi, Jenna est à la limite de la prothèse et ça depuis le 1er soir quand après avoir compris où étaient la litière et les gamelles, elle s’est installée contre moi sur le lit ! Nous avons 2 pièces et la salle de bain, il lui est impossible de ne pas être dans la même pièce que moi, y compris la nuit ! Elle m’accueille quand je rentre à la maison en faisant la fête, attend son câlin et n’hésite pas à sauter si je ne vais pas assez vite !

 

Que je parte 2 jours en week-end (très rare) ou 1 mois à l’hôpital, elle ne me fait jamais la tête et m’accueille avec le même amour.

Je ne sais pas d’où vient l’idée que les chats seraient moins proches de leurs compagnon.es humain-es que les chiens mais Jenna et moi avons développé une relation complètement fusionnelle. Quand je vais mal, elle veille sur moi pendant des heures entières, elle se colle aux endroits les plus douloureux de mon corps quand elle sent que cela peut-être bénéfique. Elle profite des moments où un-e humain-e vient s’occuper de moi pour aller se reposer et souvent dans ces cas-là elle s’endort au milieu du couloir de tout son long. Elle m’aide depuis toujours à gérer mes melt/shutdown autistiques et elle m’accompagne dans mon traitement pour le SED. Elle m’accompagne vraiment :

20180215_194706
Jenna m’accompagnant pendant ma séance d’oxygénothérapie du matin (vous pouvez voir le tube des lunettes à O² sur le côté)

Revers de la médaille, au plus fort de la crise quand j’ai un peu plongé psychologiquement, elle a aussi fait une petite dépression et autant elle ne me lâchera jamais une journée de crise durant laquelle je pleure de douleur et suis paralysé.e, autant il lui arrivera souvent de faire une dermite le lendemain. J’essaie de ne pas culpabiliser et bien sûr je lui donne les meilleurs traitements possibles.

Alors non, vraiment non, je ne vis pas seul.e. Aucun humain ne pourrait m’apporter ce que Jenna m’apporte et je ne pense pas être capable de rendre heureuxse quelqu’un-e comme je rends Jenna heureuse.

J’entends beaucoup d’histoires incroyables entre une personne handicapée et son.sa compagnon.e non humain.e. Iels ne connaissent ni le validisme, ni la psychophobie, ni l’autismophobie. La parole n’est pas nécessaire pour établir une communication extrêmement profonde et riche.

Jenna, ma fille-chatte infirmière de choc ❤ (et vous voudriez que je ne sois pas végé !)

3 commentaires sur “Jenna, fille-chatte et infirmière de choc

  1. Margot (Vivre Avec) avait aussi souligné à quel point son lapin lui était une véritable aide au quotidien et particulièrement pendant les crises… c’est beau de rappeler cette importance souvent pas bien comprise des animaux.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s