Le retour de l’espoir

Je viens d’arriver dans mes montagnes. Mes montagnes, c’est le Briançonnais. J’ai toujours aimé cette région, ces montagnes, ces vallées, ces rivières, j’y ai toujours été bien. Depuis mars dernier, c’est aussi le lieu où se trouve le SSR où on prend tellement bien soin de moi malgré la complexité de mon cas et sans aucune psychophobie ou autismophobie. Le voyage a été rude mais voilà j’y suis pour 6 semaines à être pris.e en charge.

La préparation du départ m’a empêché de raconter le dernier RDV médical que j’ai eu avant de partir.

Ma 1ère expérience avec un centre anti-douleur a été un échec.

Le protocole ne m’a pas aidé et même pire, j’en suis revenu.e aux doses de morphiniques que je prenais avant. De plus la toubib n’a jamais voulu tenir compte de mon autisme dans notre façon de communiquer. Bref au revoir.

Mais je ne peux continuer à vivre ni en souffrant autant ni en prenant autant de médicaments en tout genre. Les CAD ne sont pas nombreux dans ma région mais j’ai entendu parlé d’une clinique qui travaille différemment, alternant les périodes d’hospitalisation et les périodes à l’extérieur. J’ai lu beaucoup de témoignages positifs. Et miracle, j’ai obtenu un RDV avant mi-2019 !

J’y suis vraiment allé.e à reculons, persuadé.e de ne pas être pris.e au sérieux, ou que mon autisme ne sera pas compté dans l’équation, ou encore que le médecin me dise qu’il ne pouvait rien de plus pour moi, que tout avait déjà été essayé…

Je suis rentré.e tremblant.e avec mon énorme dossier médical dans le bureau d’un médecin au sourire incroyable. Je lui ai tendu mon dossier et il a commencé à me poser des questions tout en consultant très attentivement tous les CR et les courriers de ses confrère.soeurs. Il m’a posé des questions très pointues montrant qu’il connait l’autisme et le SED de façon professionnelle. Puis il m’a expliqué plein de choses sur la douleur, son fonctionnement, l’action des antalgiques, le fonctionnement du cerveau et du corps… Il était très doux, très calme dans ses paroles mais il n’en a pas trop fait, il a tout de suite vu que j’étais passé.e par quelques épreuves et que la compassion superficielle n’était pas ce que je cherchais.

Puis il m’a expliqué comment il fonctionnait, m’a dit que si j’étais d’accord il y avait une place pour moi dans la clinique et qu’il avait bon espoir que son protocole fonctionne. J’aurais fondu en larmes. En une heure, cet homme a replanté la graine de l’espoir en moi.

Comme il y a 6 mois, je vais faire le maximum pour que mon séjour en SSR m’apporte le plus possible et à mon retour, dès qu’il y a un lit, j’irai à la clinique.

L’espoir est revenu. Je crois à nouveau à une vie où le combat contre la douleur ne serait pas celui de chaque seconde.
Merci Dr S.

Merci de vos lectures, de vos retours, de votre soutien. Prenez soin de vous, c’est essentiel et à très vite.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s